Macron annonce un milliard d'euros de 5 destiné aux tournois en phase finale et aux introductions en bourse Et ce n'est que le début. Sous le […]

Pourquoi l'analyse de l'industrie?

Les entrepreneurs entendent toujours parler de l’importance des études de marché. Alors qu'est-ce que «l'analyse de l'industrie» et pourquoi est-il […]

C’est là encore un excellent article qui met en doute l’appréciation par l’industrie canadienne des déficiences et des défis de taille. Cela reflète mon propre point de vue après de nombreuses recherches et de nombreux entretiens. C'est également l'opinion du professeur Richard Florida, qui a publié un article similaire dans le Globe & Mail récemment. Le capital-risque est anémique, mais beaucoup pensent aussi qu’il n’ya pas suffisamment de talent pour la gestion à grande échelle. Un autre facteur est le conservatisme profondément enraciné au Canada, comme en témoigne l'entrée bizarre des offres de dette des banques de la rue de la rue aux entrepreneurs.

Bienvenue dans l’Odyssée de Mayo615 en France et dans la première de nos mises à jour hebdomadaires du mardi. Nous vous invitons à vous abonner à notre chaîne YouTube et à suivre nos mises à jour hebdomadaires. Dans cette mise à jour de la première semaine, nous allons nous concentrer sur ma première grande idée et sur la manière dont je l'ai réalisée. J'aborderai également les trois points les plus importants de cette expérience. Nous espérons que cette vidéo vous aidera à atteindre vos grandes idées et objectifs. Alors on y va.

Sur cette chaîne YouTube, nous partagerons notre grande idée: notre objectif personnel et vous invitons à participer avec nous, à partager vos commentaires et vos questions et peut-être à vous motiver à concrétiser votre grande idée. Nous publierons une mise à jour de notre projet chaque mardi. Nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires et questions sur votre grande idée pendant que vous suivez la nôtre. Nous répondrons à tous les commentaires et les meilleures questions figureront dans nos vidéos de mise à jour YouTube chaque semaine. Alors cliquez sur ABONNER et commençons!

Dans l'un des articles récents les plus étranges sur l'état du marché canadien des investissements en capital de risque, The Globe & Mail a relaté l'histoire de l'entrée de banques commerciales canadiennes telles que la Banque CIBC, RBC et la TD dans le monde de la finance entrepreneuriale. Il y a quelques semaines à peine, Richard Florida, professeur à l'Université de Toronto, a également publié un article d'opinion dans le Globe & Mail, intitulé «Le Canada est en train de perdre la course mondiale de l'innovation», décrivant le déclin à long terme du capital de risque canadien et décennies d’investissements modestes dans la RD de base par rapport aux autres pays industrialisés de l’OCDE. Récemment, un collègue du secteur canadien du capital de risque m'a parlé de son départ à la retraite, évoquant l'énorme difficulté que son entreprise rencontrait pour lever des fonds auprès du secteur financier canadien. Cela prouve à première vue à quel point le Canada est déconnecté de la réalité de la finance entrepreneuriale et du capital de risque. La mentalité du secteur financier canadien est le premier problème. Nommez un autre écosystème entrepreneurial majeur qui fonctionne de la sorte.

Un autre compte de la Silicon Valley est à l'horizon. Nous avons déjà vu des événements cycliques comme celui-ci auparavant, la bulle 2001 ayant été le dernier souvenir mémorable. La conversation dans 2001 portait sur trop d’argent stupide. Le compte à venir est toutefois d’une ampleur sans précédent, alimenté par le même excédent de capitaux mondiaux qui a alimenté les bulles sur les marchés du logement dans des endroits attrayants du monde entier. Les problèmes avec Uber, Travis Kalanick et la difficulté désormais évidente du conseil d'administration d'Uber à exercer une gouvernance sérieuse auraient dû être le «canari dans la mine de charbon». CNBC a publié un reportage sur les évaluations excessives des «licornes» dans la Silicon Valley. New Enterprise Associates se départirait de 1 milliards de dollars d’investissements de démarrage qui ne pourraient pas être liquidés ont rendu la situation flagrante. Après un long silence, le Wall Street Journal a finalement rejoint le reportage sur la crise. Que faut-il de plus pour aller à la sortie?

Au milieu d'une autre fuite de documents révélant l'évasion fiscale internationale à grande échelle, le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a déclaré lundi que l'évasion fiscale était en train de disparaître. "Quand nous parlons des" Panama Papers "ou des" Paradise Papers ", nous parlons d'un héritage qui disparaît rapidement", a déclaré Angel Gurria. S'exprimant lors de la conférence de la Confédération des industries britanniques (CBI) à Londres, M. Gurria a déclaré que les gouvernements travaillaient d'arrache-pied pour mettre un terme à l'évasion et à la fraude fiscales.

La semaine dernière, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a reporté la règle des entrepreneurs internationaux au mois de mars prochain. Il accepte actuellement les commentaires sur les projets visant à l'annuler complètement. L'agence a évoqué les défis logistiques rencontrés lors de la vérification de ces nouveaux visas. L'administration Obama a conçu l'International Entrepreneur Rule pour répondre aux besoins de la Silicon Valley et des besoins du secteur de la haute technologie en entrepreneurs et ingénieurs issus de l'immigration. Les entrepreneurs immigrés aux États-Unis représentent 44% de toutes les startups. Cette nouvelle a provoqué une réaction brutale de la part d’entrepreneurs immigrants tels que Max Levchin, cofondateur de PayPal, et de dirigeants de la National Venture Capital Association, qui soutiennent que le fait de revenir en arrière incitera les créateurs d’emplois potentiels à s’installer dans d’autres pays plus accueillants. Cela se passe déjà.